À propos de l’APMQ

Qui sommes-nous?

L'Association des producteurs maraîchers du Québec (APMQ), c’est un regroupement des principaux producteurs maraîchers et horticoles du Québec. L’Association constitue une force notable, puisque plus de 80 % de la production maraîchère du Québec provient de ses membres.

Rôle

  • Veille aux intérêts de ses 450 membres recrutés sur une base volontaire
  • Favorise par ses actions le développement du secteur horticole
  • Parle et négocie au nom du secteur auprès des décideurs
  • Gère la Place des producteurs (800 000 pi2) située au cœur du Marché central de Montréal, lequel est le plus important marché de gros de fruits et de légumes dans l'est du Canada, ainsi que deux marchés publics à La Prairie et à Longueuil

Mandat

L’APMQ offre des services relatifs à la production, dont un appui à la recherche et au développement technologique, influence de manière positive et efficace la mise en marché et instaure des programmes de promotion des produits du Québec, entre autres à travers sa campagne mangezquebec.com.

Membres

Depuis plus de 70 ans, l’APMQ, riche d’une solide expérience, se consacre à la promotion des produits du Québec et se porte à la défense des intérêts économiques, sociaux et environnementaux des producteurs horticoles ; rejoignez ses rangs et laissez-la vous aider à faire fructifier votre passion!

 

Mot du président

Assumer la présidence de l’Association des producteurs maraîchers du Québec (APMQ) constitue un défi motivant. C’est une occasion unique de contribuer avec vous au rayonnement et au développement durable de notre secteur.

Vous le savez, des attentes de plus en plus grandes s’expriment envers notre secteur. Nous devons nous développer dans le respect de l’environnement, assurer la sécurité alimentaire non seulement en quantité, mais aussi en qualité, et nous adapter aux exigences de la clientèle.

La place de l’APMQ dans le secteur horticole et sa contribution à la vitalité économique et commerciale de la production ne font plus de doute aux yeux des intervenants agricoles et agroalimentaires. Grâce à son dynamisme, l’APMQ occupe maintenant une place à part entière dans la stratégie agroalimentaire du Québec.

Cette place reconnue s’accompagne inévitablement d’un accroissement de ses responsabilités, que son équipe assumera au profit des membres. Au cours de la prochaine année, l’APMQ orientera ses actions afin de concrétiser une stratégie de partenariat entre l’industrie et le gouvernement, stratégie essentielle à notre développement. Pour un grand nombre de petites et de moyennes entreprises horticoles, la recherche de la croissance des parts de marchés locaux et de l’exportation repose sur des programmes de gestion des risques adaptés et de développement de la compétitivité, ainsi que sur un soutien à l’innovation.

Le secteur horticole doit s’adapter à la mondialisation, dont les changements sont rapides, voire parfois brutaux. Plus que jamais, l’APMQ se doit d’exercer un leadership fort auprès des partenaires du secteur et également auprès des acteurs gouvernementaux, donc les décisions influencent grandement notre avenir.

  • Sylvain Terrault Sylvain Terrault Président de l’APMQ

Mot du directeur général

La nécessité de la mise en place d’un fonds d’innovation

Grâce aux progrès scientifiques dans plusieurs pratiques agricoles et à l’augmentation des rendements, les agriculteurs ont pu faire face à l’exode rural en nourrissant une population urbaine croissante. Aujourd’hui, le secteur agricole est de nouveau soumis à des changements de taille. La croissance de la demande mondiale, l’accès à des ressources naturelles limitées, les changements climatiques, la protection de l’environnement, les enjeux économiques et sociétaux tels que la salubrité des aliments, la valeur nutritive et la sécurité alimentaire sont autant de pressions auxquelles le secteur agricole et agroalimentaire doit faire face.

Une fois de plus, les producteurs sont appelés à s’adapter à ces changements et à répondre à ces besoins. La réussite est largement conditionnée par la capacité du secteur à s’adapter rapidement aux pressions en constante évolution. Dans ce contexte, l’importance de l’innovation s’accroit, étant donné la pression croissante pour produire plus, mais avec plus de contraintes.

La recherche et l’innovation sont donc un moteur pour le développement du secteur. Supportés par les richesses en terres arables et en eau dont jouit le Québec, les producteurs sont aujourd’hui en mesure de produire davantage d’aliments avec moins de ressources grâce à la découverte et à l’adoption de nouvelles technologies et de nouveaux procédés issus de la recherche. Les améliorations technologiques et les procédés novateurs dont bénéficie le secteur ont permis d’adopter des pratiques qui sont de plus en plus durables et productives. Ces améliorations et procédés leur ont également permis d’accéder à de nouveaux marchés au sein desquels nous offrons des produits de qualité, salubres et nutritifs.

Voici venu le temps d’agir et de créer un environnement qui encourage la recherche et l’innovation en horticulture. Les enjeux adressés au secteur de la production ne peuvent se multiplier sans que l’on se donne les moyens de les gérer. Le gouvernement doit ajuster son programme Agri-Québec au secteur horticole afin qu’il constitue un cadre réglementaire permettant la création d’un fonds d’innovation. L’État doit profiter des ajustements annoncés à Agri-Québec pour mettre en place le fonds d’innovation horticole financé par les producteurs et le gouvernement. C’est d’autant plus important que nous perdons depuis 10 ans 1 % de notre marché par année au profit des Ontariens. De plus, une comparaison de notre environnement d’affaires démontre notre retard en matière d’investissement en recherche par rapport à l’Ontario. En effet, au Québec, l’investissement global en recherche n’est pas aussi important et la coordination des efforts n’est pas optimisée au sein de la chaîne d’innovation. Celle-ci compte un nombre important d’organisations qui évoluent à différents niveaux et qui rivalisent pour assurer leur financement.

Avec la création d’un fonds d’innovation, nous pourrons développer une stratégie sectorielle visant à accroitre les investissements en R et D et assurer une meilleure coordination des efforts et des ressources et une concertation efficace de la R et D sectorielle. Nous pourrons aussi financer des outils de développement tels que notre stratégie d’intervention en phytoprotection et nos activités de veille stratégique sur les marchés.

La mise en place d’un fonds d’innovation ne peut se réaliser sans un partenariat public-privé. Les productrices et producteurs maraîchers du Québec seront dont appelés à s’engager à soutenir financièrement une partie du fonds. Durant la prochaine saison, nous consulterons nos membres au sujet d’un mode de financement par le biais du programme Agri-Québec. Chaque entreprise pourra contribuer au fonds en fonction de sa taille. Le montant de la contrepartie de l’entreprise fixé à 3,2 % des VNA sera haussé de 0,1 %. Cette contribution supplémentaire de 0,1 % alimentera le fonds d’innovation horticole. La part du gouvernement restera maximale, soit 3,2 % des VNA. Selon nos calculs, ce petit 0,1 % additionné à une contribution de l’ensemble des organisations du secteur horticole contribuera pour 1 million de dollars. L’apport de nouveaux partenaires et de programmes gouvernementaux est estimé à 9 millions de dollars. Le fonds pourra disposer ainsi d’une capacité d’investissement annuelle de 10 millions de dollars !

Le défi de l’agriculture durable est constant. Nous devons continuellement améliorer nos pratiques de production agricole afin de minimiser leurs impacts sur la qualité des eaux de surface et de la nappe phréatique, sur les sols et sur les émanations de gaz à effet de serre.

La recherche et l’innovation sont stratégiques pour maintenir la compétitivité et assurer le développement des secteurs agroalimentaires. Certains secteurs horticoles québécois sont en perte de compétitivité par rapport à l’Ontario et l’accroissement des investissements stratégiques en recherche et innovation est l’un des facteurs déterminants qui pourraient renverser la vapeur !

  • André Plante André Plante Directeur général de l'APMQ
  •  

Notre équipe

Retrouvez ci-dessous l’équipe performante de l’APMQ qui donnera le maximum d’effort afin que tous les projets soient menés à bien.

  • André Plante André Plante Directeur général
    • En collaboration avec l’équipe, il détermine la direction et les orientations stratégiques de l’organisation et identifie  les moyens pour réaliser la mission de l’Association.

       

      Benoît Désilets Benoît Désilets Directeur général adjoint, recherche et développement

      Benoît dirige les activités liées à la planification, la réalisation et l'évaluation des projets de R&D.  Il assure la mise en oeuvre efficace des projets, et il entretient d'étroites collaborations avec les partenaires du milieu et les différents intervenants du monde politique et agricole.

  • Élisabeth Fortier Elisabeth Fortier agr. M.Sc. Agente de projets et d'homologation

    Agronome, elle est responsable de tous les dossiers portant sur l’homologation et la règlementation des pesticides et ce, pour l’ensemble du secteur horticole. Elle s’occupe aussi des dossiers R&D touchant le volet agronomique de la production maraîchère.

  • Emmanuelle Lalonde Emmanuelle Lalonde Agente de communication et développement

    Responsable de la réalisation de différents projets, de l’animation des comités, de la communication et de la mobilisation aux membres ainsi qu’au travail de concertation des partenaires et différents intervenants du milieu. Gère des dossiers relatifs à l’environnement, aux programmes de la salubrité et de traçabilité et responsable de la production du journal « Primeurs maraichères ».

  • Chantal Cadieux Chantal Cadieux Directrice générale adjointe marketing

    Elle coordonne la campagne et les réseaux sociaux de Mangez Québec.  Elle assume la responsabilité de multiples tâches administratives relatives à plusieurs secteurs. Elle organisent les événements de réseautage. Également, elle administre le Programme de paiements anticipés. 

  • Louise Binette Louise Binette Responsable de la comptabilité

    Elle effectue toutes les tâches relatives à la comptabilité, assure les fonctions d'accueil des visiteurs, réponds aux membres et collabore à la gestion du Programme de paiements anticipés.

    Yvan Roy Yvan Roy Directeur au développement des marchés

    Il est responsable de la planification, de l'organisation, de la direction, de l'exécution, du contrôle et des recherches de solutions pour toutes les activités relatives aux marchés pour lesquels l'APMQ est propriétaire ou gestionnaire. Il planifie les activités à venir et il gère les opérations courantes des marchés.

  • Steven Bastien Steven Bastien Superviseur des marchés

    Il supervise les opérations de la division des marchés publics et de gros de l’APMQ incluant la gestion des opérations quotidiennes, la gestion des propriétés, la location, les contrats de services ainsi que plusieurs autres dossiers.

Conseil d’administration 2017-2018

  • Sylvain Terrault Sylvain Terrault Président
  • Jean-Marie Rainville Jean-Marie Rainville 1er vice-président
  • Denis Wilson Denis Wilson 2e vice-président
  • Louis Gauthier Louis Gauthier 3e vice-président
  • Patrice Riendeau Patrice Riendeau Secrétaire-trésorier
  • David Côté David Côté Administrateur
  • Amélie Coulombe Amélie Coulombe Administratrice
  • Jocelyn Gibouleau Jocelyn Gibouleau Administrateur
  • Bruno Gosselin Bruno Gosselin Administrateur
  • Sylvain Terrault Yannick Guérin Administrateur
  • Alain Guinois Alain Guinois Administrateur
  • Sylvain Guinois Sylvain Guinois Administrateur
  • Guillaume Henri Guillaume Henri Administrateur
  • Sylvain Lefort Sylvain Lefort Administrateur
  • Sébastien Mas Sébastien Mas Administrateur
  • Michel Pichette Michel Pichette Administrateur
  • Gilbert Jr. Pigeon Gilbert Jr. Pigeon Administrateur
  • Jocelyn St-Denis Jocelyn St-Denis Administrateur
  • Maxime Vaes Maxime Vaes Administrateur
  • Éric Van Winden Éric Van Winden Administrateur

Rapport d’activités

Planification stratégique

À venir

Le Rapport stratégique expose notre mission et nos valeurs, ainsi que les initiatives majeures sur lesquelles nous concentrerons nos efforts afin de mieux servir nos membres.